Lire, Voir, Ecouter…

Critiques littéraires, cinématographiques et musicales

Le sermon sur la chute de Rome – Jérôme Ferrari

Classé dans : Littérature générale,Livres — 22 août, 2013 @ 17:07

Le sermon sur la chute de Rome - Jérôme Ferrari dans Littérature générale sermont_chute_rome-159x300Quatrième de couverture :

Dans un village corse perché loin de la côte, le bar local est en train de connaître une mutation profonde sous l’impulsion de ses nouveaux gérants. A la surprise générale, ces deux enfants du pays ont tourné le dos à de prometteuses études de philosophie sur le continent, pour, fidèles aux enseignements de Leibniz, transformer un modeste débit de boissons en « meilleur des mondes possibles ». Mais c’est bientôt l’enfer en personne qui s’invite au comptoir, réactivant des blessures très anciennes ou conviant à d’irréversibles profanations des êtres assujettis à des rêves indigents de bonheur, et victimes, à leur insu, de la tragique propension de l’âme humaine à se corrompre.

Entrant, par-delà les siècles, en résonance avec le sermon par lequel saint Augustin tenta, à Hippone, de consoler ses fidèles de la fragilité des royaumes terrestres, Jérôme Ferrari jette, au fil d’une écriture somptueuse d’exigence, une lumière impitoyable sur la malédiction qui condamne les hommes à voir s’effondrer les mondes qu’ils édifient et à accomplir, ici-bas, leur part d’échec en refondant sans trêve, sur le sang ou les larmes, leurs impossibles mythologies.

Ma critique :

Un homme âgé regarde une photo de famille où il ne figure pas, bien qu’elle représente sa mère et sa fratrie. Et pour cause : il n’était pas encore né au moment de la prise de vue. Cette observation minutieuse fait ressurgir dans son esprit des images de sa petite enfance, sous la forme bien particulière que revêtent les vieux souvenirs : sous une forme désordonnée en apparence, mais qui suit une logique personnelle pour le « penseur ».

Tel est le début de ce roman, et quel début ! Les dix premières pages donnent l’impression que l’auteur teste la résistance de son lecteur. Et, de fait, il faut une certaine opiniâtreté pour arriver au bout de cette longue introduction constituée d’un seul paragraphe. Le style évoque un peu Gabriel Garcia Marquez, voire Marcel Proust, autant dire qu’il peut rebuter de prime abord… Est-ce d’ailleurs un hasard si le vieillard se prénomme Marcel ?

On peut être tenté dans un premier temps de tourner les pages avec un peu d’avance sur la lecture, en espérant que la suivante verra la fin du pavé, voire de feuilleter rapidement le livre pour vérifier si le reste du roman est plus aéré. Et pourtant, un peu à notre insu, la magie opère en cours de route et on en vient à s’intéresser à la biographie et aux états d’âme de Marcel, le patriarche de cette famille que l’on va suivre tout au long du récit. Enfin, passée l’inquiétude que peut susciter son style particulier, on appréciera la beauté du langage de Jérôme Ferrari.

Puis on entre dans une narration plus classique – et plus facile à lire – qui décrit le présent : une femme nommée Hayet quitte discrètement le bar corse dans lequel elle travaillait, et disparaît sans explications. Du jour au lendemain, il faut lui trouver un remplaçant. Après quelques péripéties, le bistro va être sauvé par deux jeunes gens : Mathieu, le petit-fils de Marcel, un jeune homme élevé à Paris mais qui a passé toutes ses vacances en Corse, et son ami d’enfance Libéro qui, lui, a toujours vécu en Corse et a récemment émigré à Paris pour entrer à l’Université. Tous deux ont choisi d’abandonner leurs études de philosophie pour reprendre le bar. De leurs études avortées ils ont retenu surtout la notion de « meilleur des mondes » chère à Leibnitz, qu’il veulent recréer dans ce qu’ils considèrent comme étant le paradis sur Terre.

On devine dès le début qu’ils vont être déçus, comme le sont la plupart des idéalistes une fois confrontés à la réalité. Tout au long du roman on va suivre l’évolution psychologique, sociale, et sexuelle – entre autres – de ces deux jeunes gens particulièrement innocents à leur arrivée sur l’île. En parallèle, on va retrouver régulièrement Marcel, tantôt dans le présent du récit, tantôt sous forme de flash-backs qui vont nous aider à comprendre son comportement actuel, notamment au niveau des relations qui « l’unissent » à son petit-fils. Et on découvrira Aurélie, la soeur de Mathieu, une archéologue qui fait des fouilles en Algérie, plus précisément à Annaba. Le nom antique de cette ville est Hippone, la cité dont Saint Augustin était évêque au Ve siècle, et où il prononça son fameux « sermon sur la chute de Rome ».

Saint Augustin est bien sûr omniprésent tout au long du roman, bien au-delà du titre : chaque début de chapitre comporte une citation du philosophe, Mathieu et Libéro l’étudient à l’université, et les fouilles d’Aurélie fourniront des occasions supplémentaires de l’évoquer. Mais heureusement pour la plupart d’entre nous, il n’est pas obligatoire de connaître l’œuvre originale pour apprécier ce « Sermon sur la chute de Rome » du XXIe siècle, d’autant que Jérôme Ferrari, lui-même professeur de philosophie, se charge de combler nos lacunes. Le rapport entre l’histoire de cette famille, celle de la France contemporaine et le sermon du philosophe se dévoilera progressivement, pour apparaître d’une façon limpide à la fin du roman.

J’ai beaucoup apprécié Le sermon sur la chute de Rome, que j’avais pourtant abordé avec une certaine méfiance pour les raisons décrites au début de ce billet : je ne suis plus habituée à lire des textes aussi compacts, et surtout des phrases aussi longues, entrecoupées de simples virgules ; je craignais donc de ne pas tenir longtemps à ce rythme. Or, c’est exactement l’inverse qui s’est produit. J’ai réalisé en cours de lecture que mes passages préférés étaient les flash-backs qui évoquaient la vie de Marcel, d’une part en raison de l’aspect biographique particulièrement intéressant, mais aussi et surtout parce que j’ai fini par me prendre au jeu de ces phrases longues de plus d’une page parfois, celles-là même qui m’avaient rebutées dans un premier temps. Or, ce style est particulièrement présent dans ces flash-backs, tandis que le récit de l’histoire présente est écrit d’une façon plus « moderne », avec des phrases plus courtes et une ponctuation plus habituelle. J’ai trouvé très intéressant ce travail stylistique sur les différentes périodes de l’histoire de cette famille.

Le sermon sur la chute de Rome a obtenu le prix Goncourt 2012.

2 commentaires »

  1. margo27 dit :

    Bonjour
    Mon association « J’attends donc je lis » propose de publier des textes courts 5 fois par an. (Gratuitement, bien sûr !)
    Vous pouvez tenter votre chance avec notre petit concours en proposant vos propres textes à cette adresse:

    http://jattendsdoncjelis.unblog.fr/

    Prochain thème : « Sur la lune ».

    Cordialement
    Sabine, la présidente

    Dernière publication sur Les mains de Sabine : IL pleut, je lis

  2. Aaliz dit :

    De Jérôme Ferrari, je n’ai lu que « Où j’ai laissé mon âme » qui a été une vraie claque. J’ai très envie de poursuivre ma découverte de cet auteur, celui dont tu parles ne me disais trop rien mais ton billet est très convaincant.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Arcade |
valentine63 |
Le portrait de la femme en ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mespetitsmotspourtoi
| جولة...
| Hédonisme et Existentialisme