Lire, Voir, Ecouter…

Critiques littéraires, cinématographiques et musicales

Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur – Harper Lee

Classé dans : Littérature générale,Livres — 8 août, 2013 @ 15:19

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur - Harper Lee dans Littérature générale ne-tirez-pas-sur-l-oiseau-moqueur-184x300Quatrième de couverture :

Dans une petite ville d’Alabama, au moment de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Homme intègre et rigoureux, cet avocat est commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche.

Ce bref résumé peut expliquer pourquoi ce livre, publié en 1960 – au cœur de la lutte pour les droits civiques -, connut un tel succès. Il ne suffit pas en revanche à comprendre comment ce roman est devenu un livre culte aux Etats-Unis et dans bien d’autres pays. C’est que, tout en situant son sujet en Alabama à une époque bien précise – les années 1930 -, Harper Lee a écrit un roman universel sur l’enfance confrontée aux préjugés, au mensonge, à la bigoterie et au mal. Racontée par Scout avec beaucoup de drôlerie, cette histoire tient du conte, de la court story américaine et du roman initiatique. Couronné par le Prix Pulitzer en 1961, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur s’est vendu à plus de 30 millions d’exemplaires dans le monde entier.

Ma critique :

Ce roman fait partie de ces classiques qu’on a l’impression de connaître avant même d’en avoir lu la première ligne, alors qu’il a été publié il y a une cinquantaine d’années « seulement », et que son auteur est toujours de ce monde. Il est donc difficile de l’aborder sans préjugés, d’ailleurs largement positifs dans ce cas précis : on sait surtout qu’il traite du ségrégationnisme dans le sud des Etats-Unis au début des années 30, et que l’histoire est vue à travers le regard d’une petite fille.

L’aspect enfantin est présent dès le début : la petite Scout, devenue adulte, mentionne un événement qui n’aura lieu qu’à la fin du roman et, pour en déterminer les causes profondes, revient sur les trois années qui ont précédé l’incident en une sorte de double flash-back. Elle nous raconte sa vie de petite fille aux côtés de son frère aîné et d’un père aimant, avec les jeux, les disputes, les petits drames et surtout avec l’éveil de la conscience qui caractérise cet âge.

La notion de ségrégation raciale arrive très tard dans le roman, et tout en douceur : à peine apprend-on que le père, avocat, va défendre un Noir, que tout de suite on repasse aux préoccupations enfantines. On n’entre dans le vif du sujet qu’à la moitié du roman, qui dépeint le procès et ses conséquences.

Je l’avoue tout net : je me suis beaucoup ennuyée au cours de ma lecture, et dans l’ensemble je suis assez déçue par Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, dont j’attendais beaucoup plus. Je trouve déjà que la première partie, essentiellement consacrée au quotidien des enfants, est inutilement longue. Même si certaines notions essentielles pour la suite y sont abordées – notamment celle de la tolérance – elles ne suffisent pas à justifier qu’autant de pages soient consacrées à la vie de ces « mioches », qui n’a rien de passionnante. La postface d’Isabelle Haussier fournit peut-être un début d’explication : l’auteur aurait présenté plusieurs nouvelles à son agent littéraire, qui lui a conseillé d’en développer une en roman. On peut imaginer que cet artifice est lié à la sensation de déséquilibre que dégage l’ensemble du livre. Mais je dois dire, au risque de me faire lyncher par les nombreux admirateurs de ce roman, que la première moitié m’a plus fait penser à un épisode de La petite maison dans la prairie qu’à un ouvrage traitant d’un sujet extrêmement grave aux niveaux sociétal et historique ! (Aïe ! Non, pas la tête…)

La deuxième partie, qui entre enfin dans le vif du sujet avec le procès du jeune Noir, est bien sûr plus intéressante. Le procès lui-même est captivant, mais il s’étale sur moins d’une centaine de pages – sans doute la nouvelle d’origine – et le reste du roman, consacré aux répercussions de cet événement, m’a à nouveau un peu ennuyée.

Je pense que mon relatif désintérêt est dû surtout au décalage entre le contexte historique dans lequel ce livre a été publié – Etats-Unis, 1960 – et celui qui correspond à mon époque. En 1960, les états du Sud étaient encore partiellement régis par les lois Jim Crow, lois ségrégationnistes basées sur la doctrine « separate but equal » – « séparés mais égaux » -, qui sera reprise plus tard en Afrique du Sud sous le nom « Apartheid »… La dernière de ces lois ne sera abolie qu’en 1964… C’est dire comme ce genre de roman était à la fois courageux et indispensable en tant qu’outil pédagogique – il est d’ailleurs encore largement étudié dans les collèges et lycées américains. Il montre notamment à quel point dans cette formule déjà nauséabonde, seul l’adjectif « separate » était vraiment respecté, au détriment complet de la notion « equal »

A notre époque et dans nos pays européens, la notion d’égalité raciale et ethnique fait partie des lois, et en principe est une évidence pour la majorité des citoyens. Pour la minorité restante il n’y a sans doute rien à faire, et ce n’est pas un roman aussi « limpide » et bien intentionné qui peut les amener à réfléchir – pour autant que ces gens réfléchissent…

Je m’attendais donc à une histoire plus complexe, moins « enfantine » si j’ose dire. Dans cette optique je prévois de lire bientôt Home de Toni Morrison – et quelques autres romans de cette grande dame -, puis sans doute un jour La couleur des sentiments de Kathryn Stockett, qui traitent plus ou moins du même sujet. J’ai choisi de commencer par Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur parce que c’est un peu « l’ancêtre » sur ce thème, j’ai hâte de découvrir maintenant des romans plus récents, et peut-être plus adaptés à notre époque !

3 commentaires »

  1. Le Chat du Cheshire dit :

    J’ai beaucoup entendu parler de ce livre, en « bien » comme en « mal ». Je pense que c’est malgré tout un livre à lire, donc j’essaierais de l’emprunter un de ces jours pour me forger mon avis ;) !

  2. lourinki dit :

    C’est un peu ça : c’est un livre « à lire » dans le sens « à avoir lu », surtout, pour sa culture générale !

  3. Vermicélia dit :

    C’est un livre que j’ai lu il y a quelques années et que j’avais bien aimé ;-) Très joli blog, j’adore le design ;-)

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Arcade |
valentine63 |
Le portrait de la femme en ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mespetitsmotspourtoi
| جولة...
| Hédonisme et Existentialisme