Lire, Voir, Ecouter…

Critiques littéraires, cinématographiques et musicales

Le jeu, t. 1 : Niveau 1 : Oserez-vous entrer ? – Anders De La Motte

Classé dans : Livres,Polar / thriller — 1 août, 2013 @ 0:22

Le jeu, t. 1 : Niveau 1 : Oserez-vous entrer ?  - Anders De La Motte dans Livres jeu1-186x300Quatrième de couverture :

Henrik Pettersson, dit HP, la trentaine, vit de petits larcins en marge de la société suédoise. Lorsqu’il trouve dans le métro un portable dernier cri, son premier réflexe est de le revendre. Mais l’appareil affiche obstinément un message : « Tu veux jouer? » En cliquant sur « oui », Henrik ne se doute pas que ce « jeu » aux apparences innocentes va l’entrainer dans une escalade dont l’enjeu ultime pourrait être sa propre vie…

Rebecca Normén est l’exacte opposée de HP : sérieuse et rationnelle, elle a récemment été promue garde du corps. Tout irait pour le mieux dans sa vie si elle ne trouvait pas régulièrement des petits mots menaçants dans son casier. L’expéditeur en sait beaucoup trop long sur son passé. Mais que cherche-t-il? A jouer avec elle?

Les mondes de HP et Rebecca vont se rapprocher inexorablement. Mais si la réalité n’est qu’un jeu, qu’est ce qui est encore réel?

Ma critique :

J’aime bien les romans qui ont pour cadre un univers virtuel – jeu ou autre – parce qu’ils permettent souvent d’aborder des questions intéressantes sur la nature de la réalité : où commence-t-elle, où finit-elle, comment peut-on savoir si ce que l’on vit est bien réel ? Et surtout, quand on passe trop de temps dans un monde dit « irréel », ne finit-il pas par empiéter sur cette réalité ?

Ces questions ont été traitées abondamment dans la littérature de tous genres : un certain Platon évoquait déjà l’ambiguïté entre illusion et réalité dans son ouvrage La République (Ve s. av. J-C), avec son « allégorie de la caverne ». Beaucoup plus récemment, ce sujet a inspiré bon nombre d’auteurs de science-fiction, et ce bien avant que le monde virtuel devienne omniprésent dans notre quotidien au moyen d’outils de plus en plus sophistiqués. Philip K. Dick, décédé il y a plus de 30 ans, en était un grand spécialiste. Au cinéma, la trilogie Matrix abordait le même genre de questions.

En ce qui concerne Le jeu d’Anders De La Motte, la dernière phrase du quatrième de couverture suggère que cette ambiguïté est au centre de l’histoire. Or, il n’en est rien : elle se déroule entièrement dans un monde bien tangible, le téléphone ne servant que d’outil pour guider le jeune Henrik dans sa quête de reconnaissance. Car le jeune homme est un « adulescent » intelligent mais qui se cherche… mollement.

Rebecca a un caractère très différent mais ne semble pas plus apaisée : les deux personnages ont en effet vécu des événements pénibles au cours de leur enfance et de leur adolescence, qui influent douloureusement sur leur vie d’adulte. Les détails nous sont distillés au compte-gouttes jusqu’à la révélation finale, surprenante et très réussie. Cet aspect du roman m’a semblé plus intéressant que l’action proprement dite, qui évoque un peu trop à mon goût celle d’une série B américaine.

Le Jeu aborde au passage des questions très actuelles :  théorie du complot, usage abusif des nouvelles technologies, effets néfastes d’une starisation rapide et incontrôlée sur une personne un peu immature…

J’ai été un peu déçue par ce roman, dont j’attendais autre chose ; mais il n’en reste pas moins un thriller agréable à lire, que j’ai suivi sans passion mais sans ennui non plus.

Un commentaire »

  1. Le Chat du Cheshire dit :

    Un roman intéressant, mais pas mémorable. Une lecture agréable dans l’ensemble !

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Arcade |
valentine63 |
Le portrait de la femme en ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mespetitsmotspourtoi
| جولة...
| Hédonisme et Existentialisme