Lire, Voir, Ecouter…

Critiques littéraires, cinématographiques et musicales

Oh, my dear ! – T. J. Middleton

Classé dans : Humour,Livres,Polar / thriller — 26 juillet, 2013 @ 20:36

Oh, my dear ! - T. J. Middleton dans Humour oh_my_dear-188x300Quatrième de couverture :

Al Greenwood, 50 ans, est taxi dans un paisible petit village côtier d’Angleterre. C’est un homme qui a tout pour être heureux, et qui le serait certainement s’il n’était pas marié à l’encombrante Audrey. Aussi décide-t-il tout simplement un jour de s’en débarrasser en commettant le crime parfait. Le scénario est vite trouvé : profitant d’une des promenades quotidiennes de sa femme, il la précipitera du haut d’une falaise. Aussitôt dit, aussitôt fait, Al s’embusque sur le parcours habituel d’Audrey, surgit à son passage et la précipite dans le vide. Tout se passe comme prévu sauf… sauf qu’en rentrant chez lui, il tombe nez à nez avec sa femme qui lui annonce avoir exceptionnellement renoncé à sa petite ballade.

Si il n’a pas tué Audrey, qui est donc sa victime ? Et comment va-t-il déjouer la perspicacité des enquêteurs, dans cette petite communauté où tout le monde se connaît ? Quant à sa femme, qui commence à trouver son comportement étrange, ne faut-il pas qu’il s’en débarrasse très vite, avant qu’elle ne nourrisse trop de soupçons ? Mais cela ne fera-t-il pas de lui un tueur en série ? Commence alors pour Al un long cauchemar, dont il est encore très loin de soupçonner l’issue.  

Avec ce premier roman jubilatoire, T. J. Middleton nous propose un condensé d’humour noir très british doublé d’une intrigue palpitante.

Ma critique :

Crime (presque) parfait, humour noir, contexte anglais… Les promesses contenues dans le quatrième de couverture ne pouvaient que me tenter, en réunissant quelques unes des caractéristiques qui m’attirent le plus. La couverture est déjà tout un programme dans les genres humour noir et ambiance « so british » ! Sans même parler de la situation de départ, plus burlesque que terrifiante, malgré un aspect un peu hitchcockien…

Je dois dire que l’aspect humoristique du roman m’a un peu déçue : en partant d’une idée très percutante, l’auteur semble avoir hésité entre la parodie de polar et le polar tout court, avec une enquête criminelle plus ou moins sérieuse, et un personnage moins cynique qu’il n’y paraît au début.

Car Al va réagir fortement au semi-échec de son crime puisque, s’il s’est trompé de cible, il a bel et bien assassiné quelqu’un, une femme selon toute apparence. Il va suivre l’enquête de près, ne serait-ce que parce qu’il n’a pas le choix : il sera interrogé et sans doute soupçonné, à l’instar de ses concitoyens ; mais aussi parce qu’il est torturé par la crainte d’avoir tué une personne précise, qui a disparu depuis la nuit du drame, et à laquelle il était très attaché.

Dès lors, le roman prend une tournure plus psychologique : les craintes et remords de Al le poussent à évoluer quant à sa perception de son entourage, notamment en ce qui concerne son épouse rescapée.

Un des intérêts du roman réside d’ailleurs en la personnalité de son « héros », très difficile à cerner : Al se révèle parfois plus sensible qu’on ne l’aurait pensé puis, sans crier gare, commet des actes qui rappellent brusquement au lecteur sa véritable nature : il s’agit bien d’un être suffisamment cynique pour être capable de pousser sa femme du haut d’une falaise, juste pour « avoir la paix » – sans qu’on comprenne bien d’ailleurs ce que la pauvre Audrey a fait pour « mériter » une telle haine.

Autour du couple vedette, les voisins ne sont pas en reste : aucun d’eux n’a l’air « normal », et certains sembleraient plus à leur place dans un hôpital psychiatrique que dans un petit village anglais, si paisible en apparence ! Les connexions entre ces personnages hauts en couleur constituent un des meilleurs aspects du roman.

L’intrigue elle-même est bien faite, traînant un peu en longueur, mais pas au point de s’ennuyer et encore moins de se désintéresser de la révélation finale. Celle-ci est vraiment inattendue, et à mon avis très réussie : on y retrouve enfin le cynisme qu’on avait apprécié au début de l’histoire.

Oh, my dear ! est le premier roman de T. J. Middleton. On lui pardonnera donc ces quelques imperfections, d’autant que le résultat d’ensemble est suffisamment convaincant pour donner envie de suivre cet auteur qui semble très prometteur.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Arcade |
valentine63 |
Le portrait de la femme en ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mespetitsmotspourtoi
| جولة...
| Hédonisme et Existentialisme